Accueil
Sommaire
Dossier
La France
Sujet
Collaboration
Document :
La France coupée en deux
La collaboration d'Etat
L'occupation
Paris sous l’occupation
L'Etat français s'installe à Vichy
La révolution nationale
La Légion des volontaires Français
La Milice
Le STO
La vie quotidienne sous l'occupation
La TSF
L’enfance sous l’occupation
Les mouvements de Jeunesse sous Vichy
Fêtes pétainistes 1er mai, Fête des mères
Document     Version imprimable
L'Etat français s'installe à Vichy
d’Epinal 1942. Le portrait du Maréchal Pétain y surmonte la Francisque, nouveau symbole du régime, complété de la devise de l’Etat français : « Travail, Famille, Patrie ».

La défaite puis l’armistice, signent la chute de la Troisième République. Philippe Pétain, proclamé chef de l’« Etat français », collabore avec l’occupant, c’est à dire le Reich nazi. Le Gouvernement s’installe à Vichy, ville de l’Allier proche de la Ligne de démarcation. S’il continue à gérer les administrations en Zone Nord (occupée), en Zone Sud dite « non-occupée » (la zone Nono, comme disent les Français de l’époque), Pétain met en œuvre la politique de la Révolution Nationale, proche idéologiquement du fascisme. Les emblèmes de la République sont, peu à peu, remplacés par la Francisque, apparaissent une nouvelle devise du régime (« Travail, Famille, Patrie ») et l’hymne du régime (« Maréchal, nous voilà ») voué au culte du vieux Maréchal promus « sauveur de la France ».

Ecouter « Maréchal Pétain, le héros », enregistré sur Radio Paris.

La République abolie

Le 10 juillet 1940, le Parlement se réunit et attribue les « pleins pouvoirs » au Maréchal Pétain. L’Assemblée Nationale confie au nouveau chef d’Etat désigné, la mission d'élaborer une nouvelle constitution. Ces attributions formalisent une légalité apparente du passage de la démocratie à la dictature. Les partis politiques, les droits syndicaux, le suffrage universel et la liberté de la presse sont immédiatement supprimés. La République est abolie au profit de l’« État français ».

Zone Sud, zone « libre »?

La zone sud du territoire, dite zone « libre » est entièrement administrée par Vichy. Le gouvernement du maréchal Pétain se dote d’une apparente légitimité, mais, dans les faits, la démocratie est abolie : autoproclamé « Chef de l’Etat français », le maréchal Pétain désigne le gouvernement et les Chambres n’y ont plus qu’un rôle formel. En Zone sud, il promulgue des décrets qui suivent de près, pour la plupart, les décisions dictées en Zone occupée.

Un régime anti-démocratique

Le chef de l’Etat français annonce aux Français qu’« un ordre nouveau commence ». Pour cela, le gouvernement de Vichy collabore avec l’Allemagne nazie et met en œuvre la Révolution nationale, un régime autoritaire et antidémocratique. La propagande clame le « retour à l’ordre moral ». Tous les fonctionnaires, enseignants, policiers, juges… doivent prêter serment de fidélité au Maréchal. Le Maréchalisme se dote d’une propagande centrée sur le culte du chef, proclamé « Sauveur de la France ».

Copyrights :
Images : Tous Droits réservés, Textes © Civisme et démocratie- CIDEM 2005-2006
Graine de mémoire
Le jour dans l'histoire
Aujourd'hui: 21 novembre 2014
A l'époque: 21 novembre 1944

Début de la démolition des crématoires et chambres à gaz d´Auschwitz Birkenau.

Regarder la frise chronologique